Adlparis.com » Animaux » Assurances mortalité chevaux : comment procéder ?

Assurances mortalité chevaux : comment procéder ?

Pour les propriétaires de chevaux (de sport, de course, de loisir ou d’élevage), le risque de mortalité de ces équidés présente de nombreux inconvénients, notamment sur le plan économique. Afin de couvrir ce risque, il est possible de souscrire à une assurance mortalité pour cheveux. Notez qu’il existe deux autres formules d’assurance afin de couvrir les frais vétérinaires ainsi que les éventuelles invalidités. Faisons un tour d’horizon des assurances pour équidés.

Les trois types d’assurances pour chevaux :

Comme toutes les assurances, celles prévues pour les équidés permettent au propriétaire d’un cheval de toucher des remboursements suite à un sinistre. Ce dernier peut être le décès du cheval, une blessure, une maladie …etc.

Étant facultatives, les assurances pour chevaux sont généralement souscrites pour des équidés de valeur. Toutefois, il est toujours recommandé de souscrire à ce genre d’assurances si vous êtes en possession d’un cheval. Vous pouvez souscrire à trois types d’assurances :

  • L’assurance mortalité qui reste la formule de base pour obtenir une compensation suite à la perte de l’animal,
  • L’assurance invalidité qui vient en complément à l’assurance mortalité. Elle permet de couvrir une éventuelle invalidité suite à un accident ou n’importe quelle maladie,
  • L’assurance des frais vétérinaires qui permet au souscripteur de se faire rembourser les frais de consultations et d’interventions chirurgicales d’un vétérinaire.

Finalement, en fonction de l’état de santé de votre cheval, ainsi que l’intensité des efforts qu’il fournit, vous pouvez choisir une formule d’assurance afin d’obtenir une compensation financière suite à un sinistre, ou des remboursements des frais de consultations vétérinaires afin de contrôler la santé de votre équidé.

Les conditions de souscription à une assurance mortalité chevaux :

Afin de souscrire à une assurance mortalité pour chevaux, quelques éléments doivent être vérifiés par l’assureur. Dans un premier temps, notez que l’assurance mortalité ne peut être envisagée pour un cheval âgé de plus de 20 ans. En plus, un certificat vétérinaire doit indubitablement attester d’un bon état de santé.

Notez aussi que l’utilisation du cheval est un élément important afin de définir les risques de mortalité, et par conséquent, le montant de vos cotisations. Plus le risque est élevé, plus vos primes seront importantes.

Pour rester dans le montant des cotisations, sachez que ce dernier dépend également de la valeur vénale de votre animal. Cette valeur est agréée, et doit être fixée au moment de la signature du contrat d’assurance. En cas de sinistres, rappelez-vous que l’assureur n’est pas obligé de vous rembourser la valeur déclarée, mais peut se limiter à rembourser la valeur dite réelle du cheval.

Enfin, rappelons que l’assurance d’un cheval reste une solution à privilégier afin d’éviter que les frais vétérinaires, ou le décès de votre cheval, pèsent lourd sur votre budget.

Mais aussi :